Présentation de la reikiologie

Définition de la reikiologie

Comme la sophrologie ou le yoga, la reikiologie est une pratique de bien-être et de développement personnel.

Cette méthode naturelle a une approche holistique de la santé humaine : elle agit sur le corps, l'énergie, et l'esprit. A cet égard, elle associe la relaxation et la méditation par le toucher. La régulation des énergies du corps et de l'esprit conduit au développement des potentiels naturels solutionnant que chacun possède en lui-même. Cet accès génère ainsi un bien-être naturel et durable.

En bref, la reikiologie améliore et préserve la santé et l’équilibre de vie des personnes, en les aidant à atteindre leur plein potentiel dans leur vie personnelle, sociale et professionnelle.

le kanji du reiki

Kanji Reiki

Origine : le reiki traditionnel

mikao usui


La reikiologie prend sa source au Japon, dans la méthode authentique du reiki traditionnel. Le reiki est, à l'origine, une méditation par le toucher. Ce mot se traduit, du japonais au français, par ″la force de l’esprit″ (traduction littérale : énergie de l’esprit).

Le fondateur du reiki s’appelle Mikao Usui. C’est un maître de méditation japonais, né en 1865. Il élabore le reiki en 1922. Son sens est alors la "guérison de l'esprit". Cette expression bouddhiste au Japon en 1900 est à traduire, en Occident contemporain, par "l'arrêt du mal de vivre".

En Orient, l’aspect de prévention est très important. A cette époque déjà, les méditants font un lien entre l’absence d’état de bien-être et l’apparition de certaines maladies. Grâce au reiki, Mikao Usui privilégie la disparition des tensions psychologiques et physiques. Celles-ci sont la cause des désordres de santé. Si elles cessent, elles laissent place à une sensation de bien-être comblant tout notre être, et ce, durablement. Mais seuls les maîtres de méditation, experts en phénoménologie, ont accès à cette connaissance du fonctionnement humain.

Pour ce qui est de l'Occident, cette connaissance n'existe toujours pas ; la méditation reste embryonnaire, comme aime à le préciser gentiment le Dalai Lama. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Mikao Usui ne destinait pas le reiki à l'Occident. D'ailleurs, avec son décès brusque en 1926, la pratique bascule dans des croyances mystiques et ésotériques, en remplacement de la méditation. Le reiki devient ainsi une méthode de canalisation d’énergie, déclenchant à terme une déconnexion avec la réalité de la vie. Il est essentiellement proposé sous cette forme actuellement. 

Le fonctionnement de la reikiologie

La reikiologie prend sa source dans la méthode authentique du reiki traditionnel japonais. Elle se fonde sur les connaissances orientales de la conscience et de l’énergétique issues des traditions méditatives. Pour ce qui relève du corps, elle repose sur l'excellence scientifique de l'Occident pour le corps : les neurosciences. Elle s'appuie donc sur la phénoménologie millénaire des traditions méditatives pour expliquer ses effets sur l'esprit. Mais elle s'appuie aussi sur les dernières décennies de travaux scientifiques en neurosciences pour expliquer ses effets sur le corps.

En conclusion, cette méthode de connaissance de soi s’appuie sur les dernières décennies de travaux scientifiques, dans les neurosciences et la phénoménologie. Elle se situe à la croisée de la science d'Orient et d'Occident.

Le fondateur de la reikiologie

Christian Mortier est le fondateur de la reikiologie : il a repris le reiki dans sa forme d'origine. Puis il s'est appuyé sur son parcours professionnel pour y intégrer une vérification scientifique de son fonctionnement. Et ainsi, pouvoir dispenser un parcours de formation professionnelle, viable et vérifiable. Psychanalyste de formation, il s'est basé sur les études en neurosciences pour en expliquer les effets. Méditant dans la tradition tibétaine, il s'est également basé sur les connaissances phénoménologiques apprises avec ses maîtres de méditation.

L'Occident et l'Orient réunis

Cette méthode de relation d’aide emploie, dans sa mise en forme :

  1. une partie verbale,
  2. puis une partie non verbale.

La première partie relève de l’accompagnement psychologique. Elle permet, notamment, à la personne de mieux se connaître. Cette partie verbale est à assimiler à la démarche de thérapie occidentale, mais se fonde sur la non dualité.

 

Ensuite, une partie avec une séance de toucher méditatif sert à induire une relaxation profonde chez la personne. Cela dissout les nœuds énergétiques à l’origine des tensions corporelles, mais aussi des blocages émotionnels identifiés. Cette partie non verbale est à assimiler aux traditions méditatives venues d’Orient.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion